visiteur    Bienvenue à Maxou L'ours ! Visiteurs connectés : 1 La page Facebook du site   Le twitter du site   Syndiquer tout le site
Le cadavre exquis boira le vin nouveau

Accueil > Archives > C’est mieux à vélo !

Note des lecteurs

C’est mieux à vélo !

Yan

Texte lancé le 9 mai 2008 & terminé le 5 avril 2009

Quelle fatigue...

Sous ce soleil de plomb, la montée du col s’avérait plus difficile qu’a l’accoutumée.


L’équipe groupée, bruyante et motivée au départ le matin,.



l’avait assommé de questions sur son nouveau vélo de moins de 2kg, plus léger qu’une Rolex.



Sur le bas côté, une famille escargot attira son attention.



Il lui semblait qu’elle le suivait depuis le début de la montée. Il n’avait jamais pensé au dopage avant cet instant...



puis ce fut la chute ! Sa roue patina un trace glissante laissée par une meute d’escargots qui le précédait.



Des larmes roulaient à présent sur ses joues, pendant que ses poings frappaient le sol.



je le savais, il ne fallait pas étrenner ce vélo sur cette course là ! et de penser au prix de cette "presque" oeuvre d’art ! plus léger certes, mais moins onéreux qu’une vraie rolex ...



Il redressa son vélo, se remit en selle, essuya le verre de sa Rolex, et s’élança sur le bitume brulant. C’est au bout de quelques centaines de mètres, qu’il se rendit compte que...

 Yan - bon courage !!! qui s’y colle ?

des doigts lui manquaient. En effet, il comptait à l’aide de ses mains les cyclistes qui l’avaient dépassé durant sa chute et à huit compris que celle-ci avait été plus grave qu’il ne l’avait pensé. De toute façon plus de dix cyclistes étaient passés, il aurait été quand même en panne de doigts. Allait-il faire demi-tour ou continuer ?

 Yan - bien joué tantina !!! mdr

Puis il se ravisa, il y avait suffisamment d’escargots derrière lui pour porter ses 2 doigts jusqu’à la ligne d’arrivée. Il suffisait juste qu’il en missionne un pour retourner sur sa bave prévenir les copains.

Il ne fallait pas qu’il craque, le plus important était la ligne d’arrivée.



Il la voyait cette ligne ! Non il n’avait pas pris sa paille, il voulait être le plus discret possible. Mais, tout à coup il compris qu’à l’insu de son plein gré (sic) on lui avait.......



échanger sa gourde.

- on a échangé ma gourde ! s’écria t-il à son voisin de poloton

- l’ancienne ne te plaisait "plou" ? demanda ce nouveau co-équipier anglais, recruté pour la prochaine saison. Il parlait avec un flègme britannique légendaire qui devenait rapidement risible à entendre son français très moyen.

- je ne sais pas ce qu’il y a dans celle-là mais... T’as pas vu les escagots, toi ?

- no, no, pas des cargos en vu, en tout cas moi "jou" sais que ma gourde est là depuis 12 ans et que jou serais pas fâché d’en échanger avec quelqu’un.

- qu’est ce qui se passe ? cria soudain Didier, le plus jeune, un peu devant eux.

Richard répondit :
- y’a Steve qui veut échanger sa femme après 12 ans de mariage, et Léon qui ne retrouve plus la sienne. Il l’aurait échangée sur un cargo.

Léon se rendit soudain compte que les autres non-plus ne semblaient pas très clairs. Il regarda suspicieusement cette gourde qui le nargait entre les jambes.

Il se rappela soudain qu’au moment de sortir de la salle de briefing, il avait vu trainer autour des vélos, une jeune femme blonde, bien habillée, qui...



...mangeait un sachet de chouchoux. Mais, bon sang, pourquoi des chouchoux ? surtout vu le nombre d’escargots qui peuplent la région...

Il est clair que désormais la solution se trouvait dans la gourde, blonde ou pas blonde d’ailleurs.

Léon mène l’enquête : après la ligne d’arrivée, il commencera par fouiller la gourde et le cargo de Didier, puis il analysera la gelée verte du britannique, cette dernière ne semble pas être si étrangère à la présence de ces escargots !

Pour le moment il forçait sur ses pédales, le haut du col se rapprochait et sa rêverie l’avait perturbé dans ses performances. Il lui fallait réussir cette étape pour rester dans l’équipe. Le britannique, quelques mètres devant lui, se retourna et lui lança...



- Léon, une cycliste nous suit... elle t’appelle ! Mais, elle va nous dépasser ! Tu as vu son vélo ?

- Ouf, je vous rattrape enfin ! Tu as oublié de prendre des vêtements chauds. Tu sais les cols de montagne... la température n’est pas la même et tu pourrais prendre froid. Heureusement, j’ai pu te rejoindre. Tu avais de l’avance mais... quelqu’un m’a donné quelque chose à boire, (très bon) et je me suis sentie très bien...

Le Britannique estomaqué examine le vélo de la dame qui n’a rien d’un vélo de course : grosses roues, sacoches, petit panier pour le marché... et pourtant elle monte le col en danseuse trés facilement, trop facilement... Les sacoches sont pleines de vêtements (chauds, impers)et son panier contient des fruits et même une gourde... bizarre, bizarre

Mais oui, mon brave monsieur, vous ne connaissez pas les femmes de chez nous... Les mémés aiment la castagne, et les jeunes et même moins jeunes grimpent des cols.

Léon vient de retrouver sa femme, elle le suivait, le surveillait...



mais depuis quand ? Alors qu’il est en train de se poser cette question d’une façon un peu molle,il se rappelle que la dernière fois qu’il l’avait vu, c’était,c’était ?

- sur le bord de la route avec les cajots d’escargots.
Nom d’une gelée de britannique ! il en est certain :
elle etait assise dans le fossé avec un sachet de chouchous qu’elle avait l’air de manger goulument avec le même english qui pédale en ce moment même a ses cotés ;
c’est quand même pas permis qu’on lui aie échangé sa femme et le faux anglais sans lui avoir demandé son avis ?!

Léon, à ce moment là, voit la gourde dans la sacoche de la femme, mais comme il se demande, si elle n’est pas une fausse gourgandine que les escargots auraient mis là pour le séduire, il n’ose pas la prendre .

Il se rend quand même bien compte que c’est un cargo de 12 ans d’âge déguisé en cocotte -bigoudis !...Ils le prennent pour un molasson du bocal ou quoi ?
S’ ils s’imaginent qu’il va se faire avoir parce que la bonne femme se trimbale avec ses doigts en bandoulière ..
eh ben ils se gourdent le doigt dans l’escargot ! D’ailleurs même si l’englisch est là, a lui bavoullier des balivernes, lui Léon la rolex,n’a pas de temps à perdre avec des galimacés,il faut qu’il pédale, qu’il pédale pour gagner la choucroute..


En savoir + sur l'auteur principal : Yan

17 participations

Vous avez apprécié cette histoire ? Notez-là de 1 à 5 !
Mes autres sites web